En réunion : réactions face à 3 types de participants

Réunion 3 types PNGEn réunion, en tant qu’animateur, voici des exemples de réactions possibles, vis à vis de 3 types de participants particuliers.

Ecoutez et visionnez png 

 Téléchargement PDF : Réunion : réactions face à 3 types de participants

 

En réunion, à certains moments, des participants se comportent d’une manière caractéristique.

Comment repérer ces comportements et comment agir de manière adaptée, en tant qu’animateur de réunion ?


Commençons par le comportement le plus difficile et heureusement, le plus rare :

LE SABOTEUR :

 Son but ou la conséquence de son comportement, est d’empêcher le travail du groupe, il s’oppose systématiquement.

Que faire ? Dans un premier temps, comme avec tous les participants, rester positif et maître de soi, jusqu’au moment ou vous êtes sûr que c’est un saboteur.

Et là, vous intervenez soit face au groupe ou à la pause, que vous pouvez même provoquer pour la circonstance, lui dire que vous avez découvert son système de sabotage, en en décrivant les inconvénients sur le travail du groupe.

Voici un exemple de que j’ai fait, personnellement, un jour que j’animais une formation au management des Hommes, alors que j’étais débutant.

Après plus de 2 heures de travail, ou tout le monde était démotivé, à l’exception de notre saboteur, qui visiblement était à son affaire, au moment ou il reprend la parole je l’interrompt et lui dit : «Monsieur Dupont, je vous dis stop ! Chaque fois que vous intervenez, vous nous empêchez de travailler, alors maintenant, vous avez 3 possibilités : ou vous vous taisez, ou vous faîtes des propositions ou alors, la porte est là … Que faîtes-vous ?».

Il y eut un grand silence dans la salle et il me répondit «Je ne dit plus rien, continuez».

Un participant m’a dit ensuite : «Quel dommage que vous n’ayez pas eu cette réaction à 9h30, plutôt qu’à 11 heures».

Bien sûr, il y a d’autres possibilités d’interventions, par exemple, quand le saboteur est connu, c’est d’intervenir, vis à vis de lui, avant la réunion, ou de demander à quelqu’un qui a de l’influence sur lui, le service de le convaincre d’agir différemment, ça, c’est déjà plus «manoeuvrier».

Maintenant, 2 autres types de participants, beaucoup plus habituels, ce que nous appelons : «le meneur» et «l’opposant».

LE MENEUR :

 Il prend souvent la parole le premier, il est tourné vers le groupe sur lequel, il a de l’influence, il est essentiellement, constructif, positif, avec, souvent aussi, de l’humour.

Que faire ? : le reconnaître, c’est un formidable allié en puissance, plutôt que de se sentir menacé, s’appuyer sur ses interventions, le valoriser quand c’est justifié, tout en permettant aux autres de s’exprimer.

Les formules les plus appropriées avec lui sont : «Oui», «Exactement», «Tout à fait», «Voulez-vous développer ?», «Comme le disait, précédemment Monsieur ou Madame …en mentionnant son nom».

L’OPPOSANT :

 Ici, l’opposant, c’est le participant, qui comme chacun d’entre nous en réunion, sur un point particulier et non tous les sujets de la réunion, peut avoir un doute, a une expérience différente, a besoin de précisions, a une hésitation.

Ses interventions sont souvent formulées par des : «Oui mais …. il y a des risques…», «oui mais, ce n’est pas évident», «oui mais, c’est pas facile », «Je ne crois pas que ça puisse marcher», ou des questions interro-négatives telles que : «Vous ne pensez-pas que …», ou encore, carrément : «Je ne suis pas d’accord !».

Que faire ? : réaliser qu’il y a du positif dans le fait que quelqu’un puisse réagir comme cela, il peut réagir sur un point important, au moins pour lui, ou pour le groupe, il montre de l’intérêt pour le sujet, il est souvent d’accord sur le fond, son expérience sur le sujet peut profiter à tous, une bonne réponse de votre part ou venant du groupe, va contribuer à le convaincre, sa réaction peut être de plus pur bon sens.

D’où l’importance d’accueillir sa réaction, plutôt que de s’opposer.

Et les formules les plus appropriées sont : «Je comprends que vous …», «Oui, effectivement ….», «Oui, c’est possible …» et plutôt que de vous engouffrer dans de  fatidiques «Mais !» ou «Par contre», les remplacer par «Et» tel que ; «Et c’est la raison pour laquelle …», ou «Oui, seulement, si …» et compléter par une question soit au participant, soit au groupe tel que «Et dans ce cas là, que faut-il faire pour éviter cela ?…»  ou «Que proposez-vous ?» ou «Que faut-il faire pour …?», «De quoi avez-vous besoin, pour … ?».

Voir aussi : 

«En réunion : 4 réactions face aux questions des participants»

«Pour faire participer en réunion»

 Pour en savoir plus : 

«Le leadership en action» 

«Les actions d’accompagnement personnalisées»