La force des bonnes questions

Bonnes questions PNG
Régis Bossut nous indique, exemples à l’appui, les bonnes questions et comment et quand les utiliser.

Ecoutez et visionnez png 


Téléchargement PDF : LA FORCE DES BONNES QUESTIONS

 Vous voulez mieux connaître vos interlocuteurs, recueillir une large information, développer la créativité, aider à la prise de conscience, à la recherche de solutions, mieux manager toutes les situations de communication avec votre entourage, comment faire ?

Quels sont les outils les plus puissants qui vont orienter la réflexion des autres ?

C’est ce que je viens justement de faire pour la troisième fois : poser des questions.

Un proverbe dit : «Qui questionne dirige».

Alors pour mieux utiliser les questions, les sélectionner en tant qu’outils de communication, en fonction de ce que vous voulez obtenir, je vous propose d’en dégager les différentes formes et leur impact.

Il y a les questions ouvertes et les questions fermées, par exemple :

«Que pensez-vous du management ?» question ouverte.

«Avez-vous terminé votre préparation ?» question fermée

La différence, c’est que la question ouverte, permet d’obtenir une large information, et la question fermée seulement oui ou non.

Maintenant si au lieu de poser la question « Que pensez-vous du management ?», je dis : «Que faut-il faire pour que le management soit efficace ?», je vais obtenir des réponses totalement différentes et pourtant ma deuxième question est également une question ouverte, la différence, c’est que la première question ouverte est neutre, tandis que la seconde est orientée. Et si je pose ces questions au hasard, je risque, soit d’avoir de bonnes surprises, soit des réponses qui m’éloignent de mon objectif.

De même avec les questions fermées, par exemple la question :

«Avez-vous terminé votre préparation ?» est une question fermée neutre, alors que : «Ne pensez-vous pas que vous auriez dû avoir terminé depuis longtemps ?», cette question induit une réponse différente car elle est d’évidence orientée, ce qui est généralement le cas des questions interro-négatives.

Alors, quel l’intérêt de ces questions, quand et comment les utiliser ?

Questions ouvertes neutres

Collecte d’informations, encourager l’échange, la participation, analyser une situation.

En début d’entretien, de réunion, de négociation.

Par exemple :

Que puis-je faire pour vous ?

En quoi est-ce important pour vous ?

Voulez-vous nous décrire votre activité ?

Qu’en pensez-vous ?

Questions ouvertes orientées

Pour chercher des moyens, trouver des idées, des solutions, aider à faire des choix, à conclure.

Par exemple :

Comment allez-vous faire pour …?

Que proposez-vous pour …?

Que pouvez-vous faire pour …?

Comment saurez-vous, concrètement, que vous avez atteint cet objectif ?

Et qu’est-ce que cela vous apportera d’important ?

Qu’est-ce qui va vous aider à réussir ?

Quel intérêt voyez-vous à … ?

Pourquoi ?

Questions fermées neutres

Questions de contrôle, vérifier comment notre message est reçu, pour concrétiser.

Par exemple :

C’est clair ? Vous me suivez ? D’accord ?

Questions fermées orientées :

Souvent manipulatoires, à éviter le plus possible, vous ne pensez-pas ?

Et maintenant, je pourrais conclure en vous posant la question :

«Vous ne croyez pas qu’il serait temps de nous arrêter là ?»

Ou peut-être une autre question :

«Qu’allez-vous faire, pour tirer le meilleur parti de cet article sur les questions ?».

Pour en savoir plus : 

«Le leadership en action»

 Le leadership exponentiel

«Les actions d’accompagnement personnalisées»