Piloter sa carrière et réussir ses transitions

Vous voulez que l’on pense à vous, spontanément, lorsque qu’un poste est à pourvoir ?

Vous voulez optimiser vos chances de réussite lorsque vous êtes candidat à une fonction que vous convoitez ?

Vous voulez augmenter vos chances de réussir une transition :  vous donner les moyens de choisir plus vite et dans de bonnes conditions le job répondant à vos aspirations ?

Voici un plan de «campagne».

Oui ! Car, comme en campagne, il s’agit d’un processus continu, non pas seulement pour être élu, mais aussi réélu, tout au long d’une carrière professionnelle où les opportunités se présentent à ceux qui se mettent en état de les provoquer et de les saisir, c’est un travail permanent.

Comme le disait Pasteur : «Le hasard favorise les esprits préparés».

Tout d’abord, pour maximiser vos chances de succès, pensez aux points suivants :

  • Identifier ce que vous voulez vraiment réaliser.
  • Créer une feuille de route pour PASSER À L’ACTION
  • Agir avec régularité et constance
  • Les autres auront plus envie de penser à vous, si vous pensez à eux d’abord
  • Vous avez tout ce qu’il faut pour répondre aux besoins de votre «marché» où pour trouver les moyens d’acquérir le complément nécessaire.

« Il ne t’est jamais donné un désir sans que ne te soit aussi donné le pouvoir de le rendre réalité » Richard Bach¸

Voici quelques étapes clé :

I.VISUALISER SON OBJECTIF :

«Faites-vous une image de votre réussite et imprimez-la de façon indélébile dans votre esprit. Que cette image ne pâlisse jamais, qu’elle nourrisse constamment votre esprit, qui cherchera à son tour à la développer.» Norman Vincent PEALE

Posez-vous les bonnes questions :

Quelles sont vos valeurs ?

  • Que voulez-vous «précisément» ?
  • Qu’est-ce que vous ne voulez, absolument pas ?
  • Pourquoi voulez-vous atteindre cet objectif ?
  • Qu’allez-vous gagner ou perdre en atteignant votre objectif ?
  • Où en êtes-vous actuellement par rapport à la réalisation de cet objectif ?
  • Comment saurez-vous à quel moment vous aurez atteint votre objectif ?

Quelle personne je veux être ?

Comment vous vous voyez dans 5 ans, dans 10 ans. Visualisez d’une manière détaillée votre objectif établissez votre C.V à ces différentes périodes.

Voyez vous en train d’agir dans la situation que vous voulez :

Comment êtes-vous habillé, vos objets familiers, votre démarche, vos sensations, vos émotions, votre forme, vos mensurations, ce que vous faîtes dans vos journées de travail, dans vos loisirs, quelles personnes, organisations, vous fréquentez, comment les autres se comportent vis à vis de vous, que disent-ils de vous, quels sont vos messages, vos expressions, plaisanteries, comment exprimez-vous vos sentiments, désirs, appréciations, quel est votre style de leadership, d’influence, dans quel cadre vous évoluez, vos voyages, quels biens, objets, possessions avez vous, quel moral avez vous.

Est-ce que tout cela est en harmonie avec mes valeurs ?   

II. LES RESSOURCES NÉCESSAIRES :

Mes ressources :

Posez-vous les questions suivantes :

Dans mon passé, quelles sont les réalisations qui m’ont donné le plus de satisfactions ?

Quelles qualités j’ai utilisé pour réaliser cela ?

Quelles sont mes principales qualités ?

Quelles sont les qualités que me reconnaissent mes proches ?

Quelles sont les qualités que me reconnaissent mes interlocuteurs professionnels ?

Quel est mon degré d’engagement, sur une échelle de 1 à 10, pour atteindre mon but ? 

(1 = faible, 10 = élevé)

Les ressources à acquérir :

Connaissez-vous quelqu’un qui a atteint un objectif comparable au vôtre ?

Connaissez-vous des personnes qui ont des qualités que vous appréciez particulièrement ?

Écrivez en détail leurs qualités, identifiez les savoir-faire acquis pour atteindre le même objectif que le vôtre, et les différences entre leur expérience et la vôtre.

 Ce que je dois acquérir comme connaissances, formation, savoir-faire

Pour le but que vous voulez atteindre, quelles sont les ressources à acquérir ou développer et que faire pour cela ?

 III. LES ACTEURS : 

Les identifier, générer et maintenir le contact, les motiver, pour recueillir des informations, des conseils, recommandations, introductions, feed-back.

  • Les mentors : pour vous conseiller, vous soutenir, vous aider à avoir une vie plus équilibrée, plus satisfaisante. Il est important d’entretenir leur motivation à votre égard. Ce sont souvent d’anciens supérieurs hiérarchiques.
  • Les supporters : ceux qui vous font connaître auprès d’autres, qui parlent de vous en bien. Ce sont toutes les personnes que vous rencontrez, qui vous voient, vous entendent qui se font une certaine impression de vous et qui spontanément peuvent dire du bien de vous.
  • Les personnes d’influence : ceux qui peuvent influencer les décisions concernant votre carrière et aussi, les personnes qui ont de l’influence sur eux.
  • Les chasseurs de tête
  • Les réseaux sociaux

Dans un cycle de recrutement, en principe, les décideurs sont clairement identifiées, cependant, il est fréquent qu’il y ait des personnes qui ont des intérêts directs dans la nomination d’un Dirigeant, sans pour autant être clairement identifiés, ceux-ci usent de leur influence en arrière plan. 

Mieux vous connaissez les arcanes d’une organisation et les courants d’influence mieux vous pourrez affiner votre stratégie et limiter les risques de mauvaises surprises.

Ce n’est pas toujours le candidat unanimement reconnu comme étant assuré d’être nommé qui l’est effectivement.

Les chasseurs de tête : plus particulièrement ceux adaptés à votre niveau ou expertise.

Vos proches : la ou les personnes à qui présenter votre campagne et avec qui échanger et obtenir du soutien.

  Les personnes à éviter : les malchanceux, les sapeurs d’énergie.

Tout n’est pas toujours gagné ou perdu définitivement tant que les jeux ne sont pas faits.

Lister les lieux, circonstances, manifestations, actions pour générer et entretenir le contact :

  •   Le carnet d’adresses
  •   Les annuaires
  •   Les réunions, colloques, conventions, congrès, conférences, formations, projets, salons, forums, emails, sms, courriers, téléphone, internet, les clubs, groupements,     associations.

IV. LE MARCHÉ :

Aujourd’hui, à moyen et long terme, quelles sont les tendances ?

Les opportunités, les menaces.

Collecter les informations concernant les changements dans les organisations, nominations, mutations, nouveaux postes à pourvoir, nouveaux projets, nouveaux contrats, fusions, rachats, nouvelles technologies, etc

V. LES ATTENTES DES INTERLOCUTEURS :

Mieux vous connaissez les attentes de vos interlocuteurs, mieux vous allez pouvoir y répondre de manière adaptée.

D’où l’intérêt, avant un rendez-vous, de se renseigner sur tout ce qui peut motiver un décideur :

Interroger ceux qui le connaissent, dans la documentation disponible, sur internet, dans la presse, le contexte dans lequel il évolue, sa formation, les faits marquants de son parcours, sa famille, ses hobbies et si vous avez êtes à court d’information, préparez pour votre entretien des questions ouvertes et aussi, prenez le temps de vous mettre à sa place.

VI. CONSTRUIRE VOTRE INFLUENCE ET L’UTILISER :

Pour inspirer confiance, être crédible :

Donner des informations sur votre compétence, votre expertise, vos capacités qui soient vérifiables, savoir le dire avec assurance, simplicité et brièvement.

Des faits : éducation, réalisations, relations.

Mieux encore : les personnes, entreprises, dirigeants, clients, qui peuvent confirmer tout le positif qu’ils connaissent de vous.

Construire votre présentation sous différentes formes : quelques secondes quand vous êtes face à une ou des personnes de manière impromptue, ce que vous leur dites après avoir dit bonjour, deux minutes face à un groupe ou en introduction d’un entretien.

Le secret pour être naturel : écrire vos présentations en choisissant un vocabulaire positif (évitez les minimisations, excuses …), dire la vérité et entraînez vous : répétitions, répétitions et ….répétitions.

S’intéresser sincèrement à vos interlocuteurs.

Aborder des sujets autres que professionnels.

Rendre des services gratuitement.

Se rappeler d’évènements importants chez vos interlocuteurs.

Féliciter lors d’une promotion, nouvelle affectation, un succès particulier.

Bâtir votre argumentaire :

Faites la liste de tout ce que vous savez bien faire, des points forts de votre personnalité et formulez les, en termes d’avantages pour votre interlocuteur (ou son entreprise).

Faites la liste de tous les principaux besoins de vos futurs décideurs.

Formulez chacun de vos arguments de plusieurs manières différentes en fonction du besoin de votre interlocuteur.

Et cela, vous permettra d’adapter votre discours en fonction des attentes et surtout pas, dérouler un argumentaire appris par coeur de A jusqu’à Z.

Si par exemple vous argumentez «développement» alors que le besoin est rentabilité ou sécurité, vous risquez de provoquer de la méfiance.

VII. PRÉPARATION DES ENTRETIENS :

Préparation mentale :

«Ce n’est pas parce que c’est difficile que l’on ose pas, mais parce que l’on ose pas que c’est difficile» Sénèque

Collecte des informations

Le but de l’entretien

Les principales questions, objections de mon interlocuteur

Mes principales questions : pour montrer de l’intérêt, découvrir, comprendre, montrer sa motivation

Les différentes conclusions

VIII. LA FEUILLE DE ROUTE :

Établir un tableau bord et les instruments de pilotage :

Les objectifs : 

Quoi, combien, quand, avec qui, par exemple :

Obtenir 5 rendez-vous avec des Dirigeants dans tels secteurs d’activité d’ici au 30 juin.

Être en mesure d’avoir le choix entre 3 propositions d’ici 6 mois.

Avoir 10 contacts minimum par semaine.

Le calendrier et les étapes clés : 

Les étapes dont dépendent absolument le succès ?  À quels moments ?

Établir un plan B

Les actions : 

Rdv, téléphones, entretiens, déjeuners, réunions, se faire inviter comme conférencier, conduire un projet ou y participer, colloques, conventions, congrès, conférences, salons, forums, emails, sms, courriers, téléphone, internet, blog .

L’agenda :

Prévoir des plages quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, pour consacrer le temps nécessaire à vos actions régulières sans lesquelles point de résultats et risques de découragement.

L’organisation :

Cibler les gens d’influence, ceux qui peuvent influencer les décisions concernant votre carrière et aussi, les personnes qui ont de l’influence sur eux.

Les répartir en catégories, par exemple : Rouge, Orange, Vert selon leur importance et la périodicité des contacts à effectuer.

Trouver un moyen de les joindre, entretenir la relation, vous faire remarquer.

Faire une liste de groupes qui vous permettraient de créer et entretenir des contacts.

Créer un fichier avec les informations concernant vos interlocuteurs.

Établir un système de suivi : comptes-rendus des contacts, dates de relance.

Collecter les cartes de visite, mettre à jour le carnet d’adresses et prendre des rdv.

Votre meilleur coach : vous-même

Fixez des rendez-vous avec vous-même pour faire le point.

Mettez votre plan à jour régulièrement, établissez des dates butoirs.

Posez-vous la question chaque jour : “Qu’est-ce que je fais pour ma carrière aujourd’hui ?”

Travailler en permanence à la réalisation de vos ambitions.

Une dernière question :

« Qu’est-ce que je peux apporter de positif à quelqu’un, un groupe, l’organisation dans laquelle je suis ? »